Accueil à la une 55ème édition du Festival International d’Hammamet « Shehili » du groupe «MYRATH»

55ème édition du Festival International d’Hammamet « Shehili » du groupe «MYRATH»

6 min lues
0
0
135

Quand un groupe, comme Myrath, créé une telle affluence avec plus de mille spectateurs, et présente son concert dans un théâtre de plein air plein comme un œuf, c’est qu’il a conquis le cœur de ses fans…et atteint un certain sommet…C’était le cas hier à Hammamet avec un concert qui fut une sorte de fresque intégrée mêlant musique, chant, danse et art de show : un mélange de musique folklorique tunisienne et orientale, et du rock et du métal, accompagné d’un authentique décor tunisien, de costumes harmonieux, d’écrans géants et d’effets de lumière compatibles avec la musique.

Le concert finement concocté a comporté des tableaux de danse du ventre avec la danseuse géorgienne Helena, qui a conférait au spectacle une particularité unique tandis que la magie de la pyrotechnie éblouissait public conquis, composé à majorité de jeunes et de visiteurs étrangers.

L’intro orientale de « Asl » nous souffle les sonorités du désert avec sa flûte, puis en arabe, un appel à retrouver Myrath pour un grand voyage. 

Le groupe « Myrath » composé du chanteur Elias Bouchoucha, également aux claviers, le chanteur Zaher Zorgati, le guitariste Malik Ben Arabia, le bassiste Anis Jouini, et Morgan BERTHET à la batterie a servi tout au long de la soirée, plus d’une vingtaine de titres, tels que « Born to survive » et « Lilly Tawil » ou encore « Mersal ». Toutefois, les tubes phares du groupe à l’instar de « Sheheli » et « End the silence » et d’autres, mémorisés à cœur, ont été repris par le public.

La soirée fuit une sorte de rencontre intime entre un groupe tunisien dont le nom a été gravé sur la scène internationale et ses fans venus des quatre coins du monde. L’interaction et la ferveur étaient au rendez-vous du concert, qui a duré deux heures exceptionnelles pleines de vitalité et de bonheur. L’empreinte et la force du groupe étant toujours de coupler ses compositions de sonorités orientales avec l’orchestration symphonique, la voix du chanteur, les tambours… Ce fut un excellent mix entre les deux derniers albums du groupe où  le virage plus pop et symphonique cède du terrain à un métal progressif plus organique.


Le souffle orientale et son message de paix vient à nouveau délicatement balayer les terres musicales de MYRATH et les rouages bien huilés de ce métal progressif aux couleurs de l’Orient.

Lors d’une conférence de presse tenue par le groupe après le concert, Elias Bouchoucha a confirmé que le groupe « Myrath » ne cherche pas uniquement à diffuser la culture métal mais participe par le biais de la musique au rayonnement du tourisme culturel tunisien à travers ses représentations non seulement au Moyen-Orient, mais aussi pour le aux États-Unis, au Japon et en Europe.

Pour sa part, Zaher Zorgati a souligné que le groupe « Myrath » est devenu un label aux États-Unis. Selon ses propos, il se distingue des autres groupes de rock et de métal par le show qui accompagne les performances, à consonances tunisiennes, du groupe et qui se distinguent la troupe  du reste des bands internationaux.
Ce fut donc un show encore plus costaud intégrant de la vraie magie du métal progressif, avec une musique à caractère clivant, englobant une multitude de rythmes et un labyrinthe stylistique avec des codes propres à chaque mode.

Charger plus d'articles
Charger plus par Tuniculture
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire

Voir aussi

Festival international de Bizerte :  »la petite sirène Mayar  » est un succès

22/07/2019 à 22.00 Pour la deuxième année de suite la comédie musicale « la petite sirène …