Fidèle à sa tradition, Djerba Fest nous a aidés à stimuler nos hormones du bonheur !

Du jeudi 27 au samedi 29 juillet et durant huit heures de musique non-stop, les festivaliers ont en eu plein les yeux !

Tout était mis en place pour que les trois soirées se passent à merveille : Food court, trois bars, tentes, chaises longues etc. Le plus de cette édition était les toilettes, qui ont été construites sur place. On n’a pas galéré pour aller au petit coin.

L’organisation était irréprochable, avec l’aide des forces de l’ordre, il n’y avait aucun débordement à l’entrée comme à la sortie.

Parlons de musique maintenant !

Entre Emine le décontracté, Hearthug le déjanté, Charlotte de Witte la possédée et Danny Daze le hanté, le public, très nombreux, n’a pas eu le temps de se reposer !

( Emine )

Pour le deuxième jour, la line up était exclusivement made in France : Leo Pol, le label parisien Taapion, Zadig et enfin, un B2B hors normes entre Antigone et François X.

Oops, on a failli oublier le VJing! Hypnotiques, captivantes, envoûtantes et parfois chaotiques, les animations visuelles ont ponctué les trois soirées en totale harmonie avec l’identité musicale de chaque DJ.

Samedi 29 juillet, c’est le talentueux Aly Mrabet qui a ouvert le bal suivi de Benjemy. Alex Niggeman a ensuite pris la relève.

C’est sur les beats de David Squillace que le festival a pris fin, snif snif ! À quatre heure du matin, le public en voulait encore et n’a pas arrêté de crier « we want more, we want more ».

 

 

Bref, on ne veut pas jouer aux méchants, mais vous avez raté un sacré festival !

© Tunivisions Magazine

 

Charger plus d'articles
Charger plus par Salma Ben Taher
Charger plus dans Musique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir aussi

Nightlife: Une soirée 100% GIRLY au Carpe Diem

Non vous ne rêvez pas les filles, vous aurez une soirée QUE pour vous. Informez vos chéris…